Notre pistolet à 6 coups pour éviter les accidents à vélo

Oyez, oyez, cyclistes de tous horizons, halte aux peurs ! Roulez, roulez, sortez, n’ayez crainte ! Les scientifiques ont mis en équation le ratio-bénéfice/risque.

Résultat : le bénéfice de la pratique du cyclisme est 20 fois supérieur aux risques encourus. En clair, le cyclisme génère des bénéfices très importants pour la santé.

Comparé aux risques encourus liés aux accidents de vélo, il n’y a pas photo. La rédaction de la bicycle ne veut pas vous faire peur. L’idée est juste de vous donner des astuces pour éviter les accidents de vélo !

Nous partons du principe que vous avez acquis la base, le très bon état mécanique du vélo. C’est parti ! 

1 – Éviter les accidents de vélo : avoir conscience que c’est toujours la voiture qui gagne

Attention, la première règle est celle-ci. Avoir conscience d’un principe physique majeur. Dans une collision voiture vélo, c’est la voiture qui gagne.

C’est une évidence, mais il faut parfois la rappeler. Chiffres à l’appui, un cycliste a 20 fois plus de risque d’être blessé qu’un automobiliste.

En moyenne, 160 cyclistes se tuent chaque année sur les routes, 2/3 hors agglomération. 173 ont trouvé la mort en 2 017 précisément. Cela représente 2 % des décès sur la route. C’est bien la vitesse des véhicules qui en est la cause principale. 

Lors des accidents de vélo, très souvent le cycliste n’a pas été vu. De plus, le choc se fait essentiellement par l’arrière. La visibilité est donc un facteur majeur de sécurité.

Prenez exemple sur les motards, ils s’équipent de vêtements voyants. Les motos sportives, donc rapides, sont toujours de couleurs vives.

Pourquoi l’homme devient-il bizarre au volant ? Homme ou femme, nous sommes nettement plus heureux en vélo, non ?  

Certains scientifiques l’attestent, la vitesse fait augmenter le rythme cardiaque. C’est ce qui occasionne des changements de comportements, qui s’orientent vers l’agressivité.

De plus, les véhicules modernes sont vécus de plus en plus comme le prolongement de soi. Les agressions à l’égard du véhicule sont perçues comme des attaques personnelles.

Et enfin, les comportements varient selon le sexe. Et là, mesdames, vous gagnez ! Les scientifiques l’attestent également, vous gérer mieux le risque routier. Vous êtes plus prudentes, et plus respectueuses du Code de la route.

2 – Porter le casque : utile dans l’accident de vélo mais ne l’évite pas

Le port du casque à vélo fait prendre plus de risques. C’est le même système que la voiture, il constitue une coque. Celle-ci donne un sentiment d’invulnérabilité qui peut conduire droit sur le danger.

La priorité n’est pas forcément le port du casque. Ce n’est pas nous qui le disons ! La FUB (fédération des usagers de la bicyclette) donne sa consigne. Il faut mieux se déplacer sans casque que de renoncer au vélo. 

Toutefois, bien sûr, un casque évite le pire en cas de chute seul. Pour s’équiper d’un bon casque, il faut mettre le prix. Ce n’est pas ce qui va faire exploser votre budget.

Le cyclisme n’est pas un sport qui coûte cher. En effet, très souvent, leur résistance est insuffisante. En cas de choc avec un véhicule, le casque est carrément inutile ou presque.

De plus, les chiffres d’accidentologie l’attestent. La tête n’est pas l’endroit le plus touché en cas d’accidents de vélo. Une étude a été effectuée en 2 009 dans le Rhône sur 14 432 cyclistes accidentés. Voici les résultats :

  • 47,5 % des cyclistes blessés étaient atteints aux bras
  • 32,6 % aux jambes
  • 23,3 % au visage
  • 16,9 % à la tête

Attention les amis, ces chiffres augmentent lors des pratiques sportives. Cela vous donne une idée des zones à protéger en priorité. L’équipement et votre tenue doit être achetée par rapport à ces chiffres.

Les vitesses ne sont pas comparables, mais les motards ne lésinent pas avec ça. Ils portent, pour les plus sérieux, des pantalons renforcés, des hauts à manches longues. Dans les tenues que vous portez, n’hésitez pas à mettre le prix aussi.

le vélo du futur modèles de marque

COLLECTION HOMMES

3 – Un bon comportement permet d’éviter les accidents de vélo

Un bon comportement, c’est un ensemble de gestes. Mais c’est aussi un état d’esprit, des modalités de pensée.

Voici une liste non exhaustive de ce qu’il est prudent de faire à vélo :

  • Respectez le Code de la route des cyclistes, c’est un préalable. Vous ne le connaissez pas ? Lisez notre article sur ce code.
  • Anticiper 2 ou 3 fois plus qu’en voiture le comportement des autres utilisateurs. Portez votre regard plus loin que sur la voiture qui est devant. Mais observez aussi la voie inverse, parfois, le danger vient de là.
  • Lors de vos changements de trajectoires, soyez très prudents. 46 % des accidents de vélo qui engagent un autre usager sont liés à un conflit de trajectoire. Ce sont les intersections qui sont les plus problématiques.
  • Regarder les mouvements de tête des conducteurs. Ils sont de plus en plus nombreux à faire autre chose que conduire. Envoyer des SMS, parler au téléphone, par exemple.
  • Ne roulez pas trop près du bord de la chaussée. L’automobiliste doit être forcé à vous dépasser en franchissant la ligne. Si vous êtes trop près du bord, il tentera de passer entre vous et la ligne médiane. C’est très dangereux.
  • Regardez s’il s’agit d’un homme ou d’une femme au volant. Par rapport aux études de comportement, les femmes sont plus modérées.

le vélo du futur roues sans rayons

4 – Un nombre important de cyclistes sur la route évite les accidents de vélo !

C’est l’effet nombre sur la route. Nous ne pouvons que vous encourager à rouler à plusieurs. Et d’emmener de plus en plus de monde avec vous lors de vos entraînements !

Mais ce n’est pas tout. Il s’agit également de promouvoir le développement du cyclisme. Si la pratique se développe, le risque d’accident diminue.

Le phénomène porte un nom, il s’agit de la  » sécurité par le nombre ». On peut aussi parler de masse critique. C’est ce principe qui est à l’oeuvre dans certaines villes (Strasbourg notamment).

Les pouvoirs publics font à un moment donné le choix d’y aller fortement. Ils veulent réduire les risques d’accidents de vélo.

 L’espace public est comme une cour d’école. Quand les maternelles sont en récré avec les grands, c’est leur nombre qui force le respect. Le cycliste, c’est le maternelle dans la cour.

Tout seul, il se fait écraser par les CM2. S’il est avec tous ses camarades, il sera moins bousculé. Les autres élèves s’habituent à sa petite taille, ses déplacements erratiques. Ils y font attention.

C’est la même chose pour les automobilistes, ces CM2 de la route ! N’oubliez pas, non plus, que certains sont des ennemis déclarés des cyclistes ! Lisez notre article pour mieux les connaître.

COLLECTION FEMMES

5 – Le circuit bien tracé, votre pistolet pour éviter les accidents de vélo

C’est dans la logique des résultats des études d’accidentologies. Dans un document de synthèse, l’agence nationale de santé publique fait part des résultats.

C’est la relation de cause à effet entre les infrastructures et les accidents qui nous intéresse. Cela vous permettra d’en tenir compte lorsque vous tracerez votre circuit d’entraînement, n’oubliez pas !

Nous ne faisons pas cet article pour rien. Nous voulons contribuer à réduire les accidents de vélo.

Les études (mondiales) l’attestent. Quand les vélos circulent sur des voies normales, les accidents de vélo augmentent. Les facteurs sont démultipliés quand la vitesse de circulation n’est pas limitée.

Ce sont les ronds-points et les carrefours qui sont les spots privilégiés d’accidents. Pour éviter les accidents de vélo, éviter ces lieux à risque est une évidence.

Tant pis, faîtes un petit détour, mais n’y passez pas ! Imaginez-les comme des guillotines, des zones minées, ce que vous voulez. Mais n’y passez pas !!!

Je trace donc je survis, c’est la phrase à retenir. Pour mon circuit, voici quelques commandements à mémoriser :

  • J’évite les tournants à gauche.
  • Je ne passe pas par les ronds-points et les carrefours. Si je n’ai pas le choix, je suis très prudent, je ralentis, ou je traverse à pied. Tant pis pour la chute de rythme, il faut mieux arriver entier.
  • La qualité du revêtement de la chaussée est primordiale. S’il y des trous, je fais des écarts, et je me mets en danger.
  • Fuir les routes trop fréquentées. Pour cela, des applis existent, comme Waze (gratuite), qui vous donnent l’état de la circulation en temps réel.
  • Dès que je peux, j’emprunte les voies réservées aux vélos, les itinéraires spécifiques, les véloroutes,

     

    le vélo du futur nouveaux matériaux

    6 – La conspicuité aide à réduire les accidents de vélo, mettez le paquet !

    C’est quoi la conspicuité ? C’est le fait, pour un cycliste, d’être remarqué sur la route. Pour le cyclisme en général, c’est le fait de rendre visible tout ce qui concerne le vélo.

    Dans cette optique, certaines villes renforcent le traçage de lignes de couleurs différentes au sol. Pour reprendre la métaphore de l’école, il faut que les CM2 voient les maternelles.

    Ces grands dadais n’ont pas la lumière à tous les étages, il faut les aider ! L’idée centrale est d’attirer l’attention sur le cycliste. Les mots savants sont saillance attentionnelle, pour réduire les accidents de vélo.

    Ce concept est important pour vous, il faut le connaître. La conspicuité s’améliore avec des caractéristiques physiques particulières.

    Les couleurs vives et les contrastes en font partie. Des éléments physiologiques entrent en compte également pour vous. Bien voir, donc s’équiper de bonnes lunettes de soleil.

    Et avoir une attention parfaite. L’alimentation joue un rôle prépondérant, tout comme la gestion de la fatigue et la récupération.

    Notre problème principal est double. L’environnement routier est très chargé. C’est dû au nombre trop important de panneaux de signalisation, de publicités, et d’usagers.

    Il est également très bruyant. Comme cycliste, nous sommes des antagonistes majeurs. Le vélo rassemble tous les facteurs aggravants. Nous sommes silencieux.

    Nos mouvements ne correspondent pas à ceux de la circulation automobile. Et de dos, la largeur de la monture cycliste/vélo est faible, donc peu visible. Forcez la dose sur les équipements de conspicuité :

    • Porter un gilet haute visibilité.
    • Acheter des tenues voyantes aux couleurs vives.
    • S’équiper de dispositifs d’éclairages puissants utilisés en journée.
    • Avoir un vélo de couleurs vives, bien propre.

      Suivez-nous:

      Nous vous offrons nos 2 livres sur notre passion.

      Cliquez ici pour les recevoir gratuitement

      Pin It on Pinterest