Le cinéma et le cyclisme, une histoire d’amour ?  

Le cinéma et le cyclisme sont plus liés qu’on ne le pense. American Flyers, Rising from Ashes, 2 secondes, Tour Of Pharmacy, et bien d’autres courts et longs métrages ont le cyclisme comme point commun.  

La rédaction de la bicycle a dressé un petit panorama des films que vous pourriez regarder en famille, en les classant par thème. Cet article est complémentaire à celui titré « les 10 films sur le cyclisme à voir absolument ». 

Nous avons cherché à explorer, modestement, les autres liens qui existent entre cyclisme et cinéma. Découvrez nos trouvailles dans l’article ci-dessous !

Le cyclisme au cinéma : c’est un moyen de découvrir le monde

 

En France, le cyclisme a fait l’objet d’un documentaire en 1962 de Louis Malle, sur le Tour de France. Claude Lelouche a réalisé un court métrage sur le même sujet en 1965. 

Le film la Grande Boucle, réalisé par Laurent Tuel, également, traite du cyclisme professionnel sous un angle original et humoristique. Un ancien pro, employé dans un magasin de sport, décide de faire le Tour de France avec un jour d’avance. 

Aux États-Unis, American Flyers est un long métrage réalisé par John Badham en 1985. Il met en scène un pro du vélo (Marcus), joué par Kevin Kostner, médecin du sport. Il convainc son frère de participer à la plus grande course cycliste de l’état du Colorado : l’Enfer de l’Ouest. 

Le film 2 secondes vous emmène à Montréal. L’héroïne est une cycliste – Laurie – qui perd deux secondes dans un championnat de descente cycliste. Ces précieuses secondes perdues seront le point de départ de l’histoire, qui se déroule à Montréal.

Elle sera amenée à philosopher sur la vie en général, à travers sa passion pour le cyclisme. C’est un film témoignage sur l’amour du vélo – que les Montréalais appellent bicycle. 

Au Rwanda, Rising From Ashes est un film documentaire indépendant de 2012. Il relate comment s’est développée, sur les cendres d’un pays ravagé par le génocide de 1994, une équipe nationale cycliste.

Un cycliste professionnel américain déchu, Jonathan dit Jock, aide le pays pour composer une équipe avec des cyclistes issus des Hutus et des Tutsies.

Cyclisme et cinéma : des liens indéfectibles ? Notre enquête

Le cyclisme qui fait marcher le cinéma, ça existe aussi

 

Les cyclistes font marcher le cinéma avec les installations de « pédalo ciné ». Les spectateurs participent activement à la séance en pédalant, pour fournir l’électricité à l’installation. 

C’est souvent des installations extérieures, installées en provisoire. Les cyclistes pédalent pendant toute la séance sur des vélos fournis par le prestataire. Ils sont équipés de dynamos ou de petits générateurs qui alimentent le projecteur et l’installation sonore. 

Le cyclisme fait preuve d’écologie et contribue à la réduction des effets de serre ! Il réduit la pollution jusque dans l’industrie du divertissement cinématographique.

S’amuser tout en évitant de polluer, c’est ce que proposent les associations et cinémas associatifs qui ont ce type d’équipement. Il y en a un peu partout en France.

L’une d’entre elles, l’Association Cinécyclo, propose des tournées régionales de cinéma cyclo itinérant, des interventions scolaires. Elle met en avant sa « station de diffusion vidéo mobile, écologique qui marche à l’énergie humaine et se déploie n’importe où ».

Le vélo et le cyclisme emmènent les membres de l’association assez loin. 

En 2015 et 2016 l’association a lancé son Cinécyclo tour du Sénégal. Le projet lui a permis de réaliser 101 projections à travers le pays. Leur concept Cinécyclo s’est installé sur le long terme. 

Il leur a facilité le développement d’autres projets, dans les domaines de l’énergie et de l’innovation. Le vélo les a conduit aussi sur la voie de la solidarité internationale et de la protection de l’environnement. Voici la bande annonce: https://bit.ly/34R6erl

Cyclisme et cinéma : des liens indéfectibles ? Notre enquête

Le cyclisme et l’espace interstellaire au cinéma

 

C’est inévitable, comment ne pas parler du film E.T l’extra-terrestre ! Il a été réalisé par Steven Spielberg en 1982, met en scène des enfants, amis du personnage venu des étoiles, perdu sur la terre. C’est LE film qui a rendu le vélocross célèbre ! Et qui en a mis plus d’un sur la voie du cyclisme, c’est sûr. 

On connait tous – ou presque – la scène où les cinq enfants héros s’envolent avec leurs vélo. Ils sont propulsés par les pouvoirs du personnage E.T, caché dans le panier avant du vélo de son jeune ami Elliot.

On retrouvera cette idée du vélocross qui mène à la liberté et l’aventure dans la série Stranger Things, sortie en 2016.

Ces deux œuvres du cinéma de science-fiction mettent en scène le vélo, plus que le cyclisme. Mais ce qui est intéressant, c’est la manière d’utiliser le vélo comme un moyen de réaliser un lien avec l’espace.

Nous trouvons l’idée originale. La série Stranger Things permet à la bande de jeunes adolescents d’être plus proche de leur ami venu de l’espace. Mais il y a plus !

Grâce au cyclisme, ils échappent à l’ordre établi, prennent des chemins de traverse. Et contre les interdits, grâce au vélo, ils réussissent des exploits qui, sans leurs cycles, auraient été impossibles à réaliser.

Une chose est sûre : savoir manier parfaitement un vélo offre des solutions inaccessibles à une voiture. 

E.T l’extraterrestre, 30 ans plus tôt, pousse le rapport entre l’espace et le vélo beaucoup plus loin. Le vélo est un vecteur de transport vers l’espace, momentané, mais possible !

L’affiche montre d’ailleurs le personnage principal, le jeune Elliot, en route vers l’espace, sur son vélo, avec E.T. 

    Cyclisme et cinéma : des liens indéfectibles ? Notre enquête

    Quand cyclisme et cinéma riment avec le dopage

    Le téléfilm sorti en 2017 au titre sans équivoque « Tour of Pharmacy » aborde la question du dopage cycliste. Mais l’angle est délirant, les critiques parlent de film hilarant.

    C’est idéal pour les fêtes, et court, le téléfilm sur le cyclisme ne dure que 40 minutes ! Le casting est réellement impressionnant : J.J. Abrams, Dolph Lundgren, Danny Glover,Orlando Bloom, Will Forte.

    Ne soyez pas étonnés par le look années 80 des images, c’est voulu, l’action se déroule à cette époque. L’histoire du téléfilm commence le premier jour du tour de France de 1982, par un accident de cyclistes.

    Il est involontairement provoqué par le cycliste Italien Juju Peppi, joué par Orlando Bloom. 

    C’est une production HBO qui a été tournée en quelques jours. Elle mélange des scènes de fiction, avec des interviews de stars du cyclisme, dont Lance Amstrong.

    Le Champion déchu a accepté de participer à ce téléfilm loufoque ! Il aborde un sujet grave, en tant qu’informateur anonyme, pas anonyme du tout ! 

    Le dopage dans le cyclisme y est abordé avec fougue, surréalisme et humour noir. Le président de l’UCI – joué par Kevin Bacon – a accepté des pots-de-vin des 5 coureurs soupçonnés de dopages.

    Il leur permet d’échapper aux tests. Ceux-ci vont ensuite s’entendre pendant la course pour aller le plus lentement possible pour garder leur énergie jusqu’à la ligne d’arrivée. 

    Plus sérieux cette fois, le documentaire Stop at nothing, sur la destinée de Lance Amstrong, sorti en 2014, et réalisé par Alex Holmes. 

    Le documentaire sur le cyclisme part d’un jeune cycliste texan plein de talent. Il évoque sa poursuite par l’agence antidopage américaine, l’accusation officielle de dopage, et la perte de ses 7 titres de vainqueur.

    Le point d’orgue : la scène de confession au micro d’Oprah Winfrey, où il avoue avoir utilisé le dopage toute sa carrière.

    Cyclisme et cinéma : des liens indéfectibles ? Notre enquête

    Le cyclisme et le cinéma font parfois la promotion des utopies

     

    Le cyclisme, le vélo, c’est la possibilité d’accéder à ses rêves, facilement. Il suffit de réunir quelques euros, d’investir dans un deux roues, et de monter sur la selle pour donner le premier coup de pédale.

    Le documentaire Solidream réalisé par Brian Mathé en 2014 raconte un peu ce type d’aventure humaine. Il relate trois années de tour du monde effectué par trois amis d’enfance, Brian, Morgan et Siphay. 

    Vous suivez leur exploit cycliste sur 54 000 kilomètres, marquée par des défis en tous genres. Le tour du monde, dans le documentaire, est prétexte à déployer une réflexion sur la grandeur de l’homme et son destin.

    Vous pourrez toutefois profiter des magnifiques paysages d’Australie, d’Antarctique, d’Amazonie, du Kirghistan, et de l’Himalaya. 

    Un bel objet culturel à avoir dans sa dvd-thèque, à vous passer à des moments de doute sur les bienfaits émotionnels du cyclisme

    Velotopia est un docu-comédie réalisé en 2012. Sans hésiter, c’est un petit bonheur de découvrir le cyclisme, comme moyen de transport, d’aller d’un point à un autre. Le documentaire a été tourné avec de petits moyens, dure 3 h, mais reste intéressant. 

    Voici le résumé du pitch du réalisateur : le vélo peut sauver l’humanité de son autodestruction, s’il est utilisé comme moyen de transport. Avec une note d’humour, il précise « recommandé aux conducteurs de 4×4 ». Tout est dit !

    Vélotopia aborde la dimension non sportive du cyclisme. Le cyclisme est vu comme une activité quotidienne, moyen de transport, mais aussi et surtout comme véhicule d’une certaine utopie liée à l’écologie.  

    Pour le Larousse, le cyclisme est une activité sportive : vélo sur piste, BMX, cyclocross, cyclisme sur route, VTT. Wikipedia est plus large : il évoque une activité quotidienne, un loisir (cyclotourisme), un sport (en allant jusqu’au polo-vélo).

       

      Cyclisme et cinéma : des liens indéfectibles ? Notre enquête

      Cinéma, cyclisme et amitié : ça marche tellement bien !

       

      Une affaire d’hommes est un long métrage réalisé par Nicolas Ribowski sorti en salle en 1981. Les deux acteurs principaux sont Claude Brasseur et Jean-Louis Trintignant. 

      On vous l’a gardé pour la fin, c’est probablement ce qui peut aussi vous faire le plus plaisir ! Voir comment le cyclisme peut resserrer les liens d’amitié entre deux hommes dans la force de l’âge. 

      Le film a pour toile de fond la pratique assidue et amateur, en club, du cyclisme de route, par deux grands amis. Ce sont des personnages qui ont des postes bien placés, ils font partie de la bourgeoisie locale. 

      L’un est commissaire, l’autre promoteur immobilier. Ils sont soudés leur amitié autour de leur passion partagée du cyclisme.

      Le film dépeint déjà le vélo comme nouveau golf, la pratique sportive des entrepreneurs et classes supérieures. L’histoire est une intrigue policière qui se déroule dans un club cycliste. Les cyclistes passionnés roulent à Longchamp.

      Vous voyez dans le film les mordus du cyclisme se réunir régulièrement pour rouler, en région parisienne. Les deux personnages principaux sont amis de peloton. Le film est une étude psychologique de l’amitié virile. 

      Il met aussi en scène le cyclisme, les positions de chacun dans le groupe à l’entraînement. Il montre en quoi le peloton est une parabole de la société, de la méritocratie, de l’entraide.

      Bref, si l’on passe sur le look années 80, les vélos datés, c’est un vrai délice pour les amoureux du cyclisme !  

      Pour ne rien manquez, suivez-nous:

      Recevez nos livres et nos articles chaque semaine chez vous.

      Pin It on Pinterest