La marque Campagnolo a son histoire : prestige et innovation

Bonjour à tous les passionnés de cyclisme ! Nous vous proposons un deuxième article consacré à l’histoire du cyclisme. Vous êtes prêts ?

Ici, nous allons creuser un peu l’histoire de Campagnolo. Après un article consacré à la marque américaine Specialized, vous allez apprendre des choses sur la marque italienne Campagnolo.

Pourquoi choisir de faire l’histoire de la marque Campagnolo ? Parce qu’il y a un vrai lien entre ces deux monstres de la production de vélo. Et aussi parce que Campagnolo est encore actuellement une marque majeure, qui innove sans cesse. 

La rédaction de la bicycle vous souhaite une très bonne lecture ! Et surtout, de vivre une très belle année 2020, pleine de belles sorties cyclistes pour vous faire plaisir à vélo !

Histoire de Campagnolo : l’Essentiel sur la Firme Italienne

Du Blocage rapide au dérailleur, Campagnolo a fait fort !

Tullio Campagnolo, créateur de la société, était coureur cycliste quand il s’est lancé. C’est l’exemple type du lien qui existe entre le vélo et les entrepreneurs.

En novembre 1927 il a l’idée de sa première invention lors de sa participation à une course. Ce sera le système du blocage rapide des roues. En 1930 il dépose le brevet, et démarre la production industrielle en 1933.

Le visionnaire installe sa petite société Campagnolo dans la quincaillerie de son père, au numéro 101, Corso Padova, à Vicence. Comment procède-t-il pour créer ses innovations ?

Il suit les coureurs, les écoute, prend des notes. Puis, de retour à la quincaillerie paternelle, se met au travail.

Son crédo : « Senza attriti e senza rumore », traduit par « sans frottements et sans bruit ». Les cyclistes professionnels font la chasse à tout ce qui peut frotter. Tullio cherche à leur apporter des solutions.

L’ingénieux italien va développer, dans cet esprit, le premier dérailleur à baguette. Il mettra aussi au point le déblocage de la roue sans devoir descendre du vélo. Les petites poignées de commande se situent à la verticale de l’axe de la roue, près du pneu.

Ce dérailleur à baguette deviendra dérailleur à double baguette dès l’après-guerre. C’est grâce à cette innovation que Gino Bartali remportera le Tour de France en 1948 !

En 1949, déblocage rapide et double dérailleur ne font qu’un. Cette même année Tullio Campagnolo invente son dérailleur à parallélogramme déformable, doté d’une double poulie tendeuse de chaine.

C’est la révolution du dérailleur « Grand Sport ». La version aboutie sera créée en 1951. Elle a un seul câble de commande, un ressort antagoniste, pour remonter vers les grands pignons.

Histoire de Campagnolo : l’Essentiel sur la Firme Italienne

Campagnolo s’attaque au reste du vélo : la transmission complète !

L’innovation technologique arrière se complète avec le dérailleur avant. Les besoins des champions évoluent à vitesse grand V. À mesure que Campagnolo innove, il lui faut alimenter les besoins des sportifs.

Il va se lancer dans la production d’autres éléments essentiels du vélo de course : la tige de selle, les pédales, les jeux de direction.

En 1959, le concept de groupe va naitre. On recherche une intégration fluide des éléments qui composent la transmission : pédalier, chaine, plateaux, pignons.

Le dérailleur Record entre en scène en 1962 : il apporte des galets avancés par rapport à la cassette. Ce qui lui permet d’enrouler la chaine autour de pignons plus grands.

Campagnolo offre ainsi aux coureurs cyclistes professionnels qui cartonnent des assortiments de rapports plus nombreux.

Il va créer, en complément, son pédalier à 5 branches, et, en 1961, un triple pédalier. Celui-ci va apporter plus de puissance aux coureurs dans les cotes.

Signe de la force que ses pièces confèrent aux cyclistes ? Le tour de France de 1963 compte 110 coureurs sur 130 utilisant son dérailleur arrière Record.

Eddy Merckx va consacrer la marque, grâce à ses nombreuses victoires dans l’équipe Molteni. Il fera connaître Campagnolo, co-sponsor de la marque au maillot couleur havane.

Campagnolo sortira un vélo Eddy Merckx, en 1980, équipé du dérailleur Super RecordCe nouveau dérailleur est fabriqué en Ergal et en Titane. Il est beau, précis, et léger : il pèse moins de 200 grammes.

Histoire de Campagnolo : l’Essentiel sur la Firme Italienne

 

Parce que Campagnolo est l’histoire de l’innovation permanente

 

Qu’est-ce qui vient à l’esprit des passionnés de cyclisme quand on évoque Campagnolo ? Ce sont les mots « histoire, prestige et beauté ». L’interview du patron de Campagnolo France Eric Foury est, de ce point de vue, très intéressante.

La marque italienne développe chaque mois un brevet différent. Elle dispose actuellement de 420 brevets répartis sur plusieurs pays (en moyenne 5, 6, ou 7 pays). 

Pourquoi aller sans cesse chercher cette innovation ? L’objectif de Campagnolo est de rendre le vélo plus agréable, plus facile à pratiquer, et aussi plus beau.

On lui doit par exemple la selle Electa, personnalisable, avec un système pneumatique, commercialisée dans les années 80.

Cette volonté l’a conduit à développer son activité et à la diversifier. Campagnolo est une marque aujourd’hui présente dans le cyclisme professionnel et amateur.

C’est aussi un fournisseur pour les fabricants de moto depuis 1973. La firme fabrique des roues en particulier pour Harley-Davidson.

Elle est présente aussi dans  l’aéronautique, pour ses composants en magnésium qu’elle fournit à la NASA ! Le fabricant italien sera également à l’origine du concept de tire-bouchon à crémaillère !

Campagnolo monde emploie actuellement 1000 personnes, l’entreprise est toujours implantée à Vicence, en Italie.

Son chiffre d’affaires annuel était, en 2000, de 88 millions d’euros. Le champion de l’innovation exporte 80 % de sa production dans une centaine de pays.

La présidente actuelle de Campagnolo France est Michèle Cardi. La filiale est implantée à Saint-Genest-Lerpt, à 70 kilomètres au sud de Lyon, dans un bâtiment modeste.

L’entreprise lyonnaise a dégagé en 2019 un chiffre d’affaires de 5 927 900 euros. Son résultat net est de 217 700 €, pour un effectif de 10 personnes.

 

Histoire de Campagnolo : l’Essentiel sur la Firme Italienne

Le dérailleur électrique de Campagnolo

Notre article sur l’histoire du dérailleur rappelle que c’est Campagnolo qui a inventé le dérailleur moderne. À l’époque, il voulait fabriquer un moyen de changer de développement facilement.

Pour éviter au cycliste d’arrêter de pédaler. Il déposa le brevet du dérailleur à baguette en 1930, dans plusieurs pays à la fois.

88 ans après, en 2018 la firme prestigieuse lançait sa cassette à 12 vitesses. Un an plus tard, Campagnolo marie sa technologie 12 V et sa formule 1 électrique : le Super Record EPS.

Les 12 vitesses sont désormais disponibles à partir du système de changement de vitesse Electronic Power Shitf (EPS).

Le plus intéressant dans tout ça, c’est quoi ? Les ingénieurs de Campagnolo sont parvenus à la faire entrer dans l’espace d’une roue standard. Un beau défi d’innovation !

Le dérailleur pour passer les vitesses sur cette cassette se doit d’être précis. Il embarque la technologie 3D Embrace. Elle permet de le maintenir toujours dans la bonne position latérale et verticale, quel que soit le pignon choisi.

Le corps supérieur du dérailleur est en technopolymère renforcé par du carbone UD. Il va vite, et bien : une précision d’orfèvre !

Les modèles électroniques Super Record EPS et Record EPS seront commercialisés en 2011. Ils sont à base de carbone, un peu chers pour le grand public.

Campagnolo corrige le tir rapidement. Pour suivre son idée de mettre à la disposition de tous les cyclistes et vététistes l’innovation. C’est l’apparition de l’Athéna EPS, déclinaison aluminium des modèles carbonés Record et Super Record EPS.

La firme démocratise un peu la transmission électronique. Mais ce n’est toujours pas à la portée de toutes les bourses (2000 euros).

Histoire de Campagnolo : l’Essentiel sur la Firme Italienne

L’identité du vélo Campagnolo et de la firme

La société est née dans la compétition, et s’y est développée. Le président actuel de Campagnolo, Valentino Campagnolo, parle avec passion de l’histoire de l’identité.

Il indique : « la marque a un amour de la compétition, nous sommes nés dans la compétition et la compétition c’est tout pour nous ».

Précisons tout de même que Valentino n’est rien de moins que le fils du fondateur Tullio Campagnolo. Il a repris la présidence de la compagnie en 1983, après le décès de son père.

Les objectifs en termes de production, c’est bon à savoir, sont axés sur la solidité des équipements. Le président ajoute : « notre objectif est de faire des produits qui peuvent durer toute la vie du vélo, même plus ».

Mieux, pour nous, cyclistes amateurs éclairés et passionnés, Campagnolo, c’est le haut de gamme. C’est l’innovation déclinée en grandes séries, pour qu’on puisse s’offrir de la bonne qualité.

Valentino Campagnolo le souligne : « nous veillons à lancer des produits qui peuvent s’utiliser par les plus grands champions, comme par les débutants ».

Côté grands champions actuels, la marque a de belles références. Elle est partenaire technique des équipes Cofidis, Movistar, Lotto-Soudal et UAE Team Emirates.

Pour les événements sportifs, la marque est aux premières loges avec son groupe transmission phare. Elle sera aux premières loges du Championnat du monde, du Giro d’Italia, de la Vuelta.

Le cyclisme doit à Campagnolo l’invention des poignées à passage interne des câbles, nommées « Ergopowers». La firme invente également le nouveau système pour passer les vitesses, le « One Lever One Action ». Elle crée la boite de pédalier Ultra Torque, à base de jonction HIRT. 

Histoire de Campagnolo : l’Essentiel sur la Firme Italienne

Les roues Campagnolo et Fulcrum, au présent du futur

Campagnolo fabrique aussi des roues de vélo. La plus connue est la Shamal (première roue à profil haut lancée dans les 80’s). L’autre grande star des roues est la Bora (première roue carbone à profil haut, née en 1994).

En 1986, elle présente sa ligne de roues pleines, la Ghibli, première roue lenticulaire à la pénétration aérodynamique imbattable.

La compagnie est à l’origine de la création de l’entreprise Fulcrum Wheels. C’est un équipementier italien qui produit pour le cyclisme sur route et hors route.

Elle est née d’une idée de Valentino, qui avait souhaité développer le business de Campagnolo.

Fulcrum Wheels fabrique des pédaliers et également des roues. Comme Campagnolo, l’entreprise est liée au secteur aérospatial. Ce sont 3 ingénieurs du secteur, passionnés de cyclisme, qui en sont à l’origine. L’entreprise se trouve près de Vicence.

Leurs roues pour vélos de route ont rapidement connu un franc succès. Dès 2005, et pendant 5 ans, elles seront sur les vélos qui gagnent. On les trouve sur le Championnat du monde de cyclisme sur route (Tom Boonen, Paolo Bettini, Alessandro Ballan).

Elles sont également performantes hors de la route. Ces roues tournent aux championnats du monde de VTT Cross Country, et aux J.O de Pékin (Julien Absalon).

Fulcrum Wheels c’est la renaissance de Campagnolo, son futur, avec de nouvelles saveurs, produits, une nouvelle image. Mais tous les concepts de Fulcrum sont imprégnés de l’histoire et de la puissance de la marque Campagnolo.

    Bonus : petite chronologie du dérailleur :

     

    • 1940 : invention du premier dérailleur à baguette.
    • En 1950 : le premier dérailleur à parallélogramme est créé, le Gran Sport 1012.
    • 1963 : au tour du Nouveau Record à base d’aluminium de voir le jour.
    • En 1973 : c’est le Super Record qui débarque.
    • 1984 : apparition du C-Record
    • 2009 : Super Record revient, plus performant que jamais.
    • En 2011 : les transmissions électroniques Super Record EPS et Record EPS voient le jour.
    • 2012 : année de sortie de la transmission Athéna EPS, en aluminium.

     

    Télécharger maintenant

    0 0 vote
    Article Rating

    Pin It on Pinterest