Les équipes cyclistes professionnelles en France sont trop rares

La France apparaît comme le pays du vélo avec son tour de France. Mais quelle est la situation des équipes pros en France ?

Sont-elles nombreuses ? Où sont-elles situées ? Où s’entraînent-elles ?

Au vu du nombre de cyclistes professionnels qui doivent se reconvertir faute d’avoir trouvé une équipe, sont-elles suffisamment nombreuses ?

La rédaction de La Bicycle mène l’enquête une nouvelle fois, pour vous livrer un état des lieux 2 019 des équipes cyclistes françaises professionnelles.

Avant le départ du tour de France 2 019, vous saurez !

12 équipes cyclistes professionnelles en France, pas une de plus

Les 12 équipes professionnelles françaises (dont 2 féminines) qui existent sont affiliées à la Ligue Nationale de Cyclisme.

Elles ont pour la plupart développé des partenariats avec les structures amateures, plus de 2 500 clubs, où elles recrutent tous les ans les meilleurs cyclistes.

Ce, par le biais des courses régionales ou du circuit national junior notamment. À noter, une augmentation de 13 % du nombre de licenciés en 10 ans, avec cette année un nouveau record à 119 280.

Mesdames, vous avez des progrès à faire, plus de 116 000 sont détenues par les hommes !

Chaque équipe professionnelle compte entre 10 et 30 coureurs. Au total, côté coureurs, près de 165 cyclistes français (dont une dizaine de femmes) font partie d’une équipe professionnelle française (ou étrangère).

Mais les places sont chères, et les carrières très courtes parfois.

Comme en témoigne ce jeune cycliste professionnel, Julien Fouchard, ancien coureur dans l’équipe Cofidis :  » dans le cyclisme, les places ont toujours été chères : il y a peu d’équipes, des effectifs de plus en plus réduits, la concurrence est donc féroce ».

Les équipes cyclistes professionnelles en France : qui sont-elles ?

Le cyclisme est en 2 019, en France, le 2e sport préféré des hommes, et le 3e pour les femmes.

Mais alors pourquoi les équipes professionnelles sont-elles si peu nombreuses ?

Commençons par les équipes féminines, ce n’est pas compliqué, il n’y en a que deux !

La Charente-Maritime Women Cycling d’abord, avec 9 cyclistes, âge moyen 23 ans. Puis la FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope, avec ses 13 cyclistes en 2 019, âge moyen 24 ans.

Soit une grosse vingtaine de cyclistes femmes professionnelles en France. Et encore, quand on dit professionnelle, on ne connaît pas leur statut en détail.

Chez les hommes, 2 équipes de première division, l’AG2R LA MONDIALE, située à La Motte, en Savoie, composée de 28 coureurs. Et GROUPAMA – FDJ World Team, 28 coureurs également, située à Moussy Le Vieux France, en Seine-et-Marne.

5 équipes de 2e division : COFIDIS, DELKO, ARKEA SAMSIC, TOTAL DIRECT ENERGIE et VITAL CONCEPT BB HOTEL. Au total, elles regroupent 112 cyclistes professionnels.

Et 3 équipes de 3e division, SAINT MICHEL AUBER 93, avec ses 10 coureurs. NATURA 4 EVER, 10 coureurs également, située à Lille. GROUPAMA FDJ Continental, 11 coureurs pros. C’est tout !

le vélo du futur modèles de marque

COLLECTION HOMMES

Les salaires des coureurs des équipes cyclistes professionnelles en France

Le gros des troupes gagne 5 400 € net par mois selon le président de l’Union Nationale des cyclistes professionnels, Pascal Lechanteur.

Les débutants – les néo-pros – gagnent en moyenne 30 à 40 000 € brut par an, selon les équipes. On est à 35 000 pour une équipe de première division. 30 000 pour les équipes de deuxième division. Et 20 000 pour une équipe de niveau continentale (3e division).

Mais, dans cette 3e division, la fourchette est très large, avec des salaires qui oscillent entre le SMIC et 10 000 €. En revanche, les cyclistes expérimentés peuvent compter sur un salaire annuel brut de 60 à 80 000 (en 1re division).

Le premier palier de 100 000 € brut annuels est franchi pour les équipiers de haut niveau.

Ainsi, jusqu’à 300 000, on trouve des cyclistes de niveau UCI World Tour (catégorie de courses prestigieuses type Tour de France, d’Italie et d’Espagne).

C’était le cas de Steve Chainel, coureur cycliste professionnel dans l’équipe AG2R-La Mondiale, qui gagnait entre 130 et 180 000 par an.

Au-dessus de 300 000, jusqu’à 800 000 – et oui, ça existe ! – on trouve des leaders comme Thomas Voeckler ou Sylvain Chavanel. Puis le dernier palier à 1 000 000 €, et plus, ils sont quelques-uns, d’envergure internationale.

Ces coureurs ont le potentiel pour gagner les très grandes courses cyclistes comme Milan-San Remo, Paris Roubaix. Et là, ce sont les grands noms qui tombent : Boonen, Cancellara, Contador, Froome, Sagan, Cavendish.

    le vélo du futur roues sans rayons

    Concurrence forte entre équipes cyclistes professionnelles pour la sélection au tour de France

    Cette année, une pétition a circulé, pour qu’une équipe professionnelle française de plus participe au tour de France. Elle a été envoyée à l’ASO (Amory Sport Organisation) sans succès. Pourquoi ?

    Comme tous les ans, un certain nombre d’équipes sont sélectionnées pour faire le tour de France par les organisateurs. Cette année, comme l’an passé, ce sont 22 équipes de 8 coureurs qui pourront s’aligner sur la ligne de départ.

    Soit 176 coureurs, à Bruxelles, le 6 juillet. Mais certaines équipes françaises en sont écartées.

    Parmi les 22 sélectionnées, 18 le sont d’office, celles du classement UCI World Tour. Dont les deux seules grosses écuries françaises, AG2R LA MONDIALE et GROUPAMA – FDJ.

    Le tour de France a lancé par ailleurs 4 invitations officielles aux équipes continentales de 2e division. Ce qui met en concurrence 3 équipes sur les 5 du groupe.

    TEAM ARKEA, TOTAL DIRECT ENERGIE, et VITAL CONCEPT BB HOTEL. Les deux autres – COFIDIS et WANTY-GOBERT (équipe belge, on comprend pourquoi) – ont eu confirmation de leur participation au banquet estival au premier trimestre.

    Mais le couperet est tombé, c’est VITAL CONCEPT qui a été écarté.

      COLLECTION FEMMES

      Les budgets des équipes cyclistes professionnelles en France

      On est pour la plupart des équipes françaises, assez loin des budgets à plus de 25 millions d’euros des grosses écuries comme TEAM SKY.

      Les deux grosses équipes professionnelles cyclistes françaises avaient, en 2 017, un budget moyen annoncé à 14,4 millions d’euros.

      Derrière elles, on trouve COFIDIS avec 11 millions d’euros. Suivie par FDJ avec 10 millions d’euros, DIRECT ENERGIE avec 6 millions d’euros. Et FORTUNEO VITAL CONCEPT avec 3,5 millions.

      Pour poser le cadre, le budget moyen d’une équipe cycliste professionnelle du World Tour de l’UCI est de 18 millions d’euros.

      Vous avez noté ?

      Dans ces équipes, peu de multinationales, surtout des entreprises publiques et quelques privés. Mais tout cela reste fragile, et si le sponsor principal disparaît, c’est l’équipe toute entière qui disparait.

      D’autant que le sponsoring est le seul moyen de financement pour le cyclisme, dont les épreuves sont à entrée gratuite !

      En outre, les droits TV sont perçus directement par les organisateurs d’épreuves, et les transferts de coureurs ne génèrent pas les recettes qu’on retrouve dans d’autres sports comme le basket ou le foot.

      Pour un particulier passionné, le cyclisme ne coûte pas forcément cher. Mais pour une équipe pro, c’est une autre affaire !

         

        le vélo du futur nouveaux matériaux

        Conclusion : une réforme nécessaire du cyclisme professionnel à venir ?

        Les coureurs et les équipes cyclistes professionnelles en France tirent régulièrement la sonnette d’alarme pour que l’argent qui circule le fasse plus équitablement.

        Alors que les pratiquants à travers le monde sont bien là : 500 000 licenciés répertoriés dans le monde. 2 milliards d’utilisateurs, peuvent être plus de sympathisants pour la discipline.

        Les grandes épreuves aussi. Une lueur d’espoir existe, les instances internationales du cyclisme professionnel pensent à une réforme pour 2 020.

        Avec, dans les cartons, la création d’une UCI Classics Series. Pour que toutes les grandes épreuves et courses qui durent une journée soient dans la même catégorie, une ligue.

        L’idée est de mieux répartir les revenus générés par le spectacle produit par le cyclisme. Une poire pour la soif pour les équipes cyclistes professionnelles en France ?

        Suivez-nous:

        Pin It on Pinterest